Zone Téléchargement : Encore une nouvelle adresse après un piratage

Il y a à peine quelques mois, le plus gros site de téléchargement direct français, Zone Téléchargement avait adopté une nouvelle adresse après que les autorités aient saisies son nom de domaine.

Or, en plein été, au début du mois d’août, voilà que l’histoire se répète après une cyberattaque et un piratage en règle ayant mené au vol de la base de données du site dans son intégralité !

Coup dur pour le site Zone Téléchargement qui a vu de nombreux clones de type annuaires DDL voir le jour dès le jour même de l’attaque. Aujourd’hui, la nouvelle (et véritable) adresse du site est zone-telechargement1.org.

Jusqu’au prochain changement d’urgence… Le Warez est décidément toujours très mouvementé !

Les administrateurs conseillent d’éviter les clones qui peuvent être malveillants (malwares, arnaques, etc).

Torrent9 : Comment contourner le blocage ?

Si vous êtes un fan de téléchargement via torrent, vous connaissez et utilisez forcément Torrent9, devenu une référence après la fermeture de T411. Or, vous devez faire face à des blocages. Voici comment faire.

De nombreux sites Web sont bloqués pour différentes raisons, la plupart du temps au niveau des serveurs DNS de votre FAI. Rassurez-vous, il est facile de contourner ce genre de restriction !

Deux solutions s’offrent à vous. Tout d’abord, la plus technique : le changement de serveur DNS au sein de la configuration de Windows. Optez pour OpenDNS u les serveurs de Google par exemple. Ils seront sécurisés et ne seront soumis à aucun blocage.

Sinon, le plus simple et efficace reste d’utiliser un VPN. En effet, en un clic vous ne serez plus bloquer (sur aucun site) mais en plus, vous gagnerez l’anonymat en ligne (adresse IP modifiée) et l’ensemble de votre trafic entrant / sortant sera chiffré !

Bref, c’est l’idéal au quotidien pour surfer sans restriction et en toute sécurité. Surtout qu’il faut savoir que télécharger via torrent représente pas mal de risques de sécurité (espionnage, malwares, piratage, etc). Un VPN et un bon antivirus ne sont pas de trop, loin de là…

Torrent9 est leader

Déjà énorme il y a quelques années, il est devenu la référence incontournable depuis la fermeture de T411. Son principal concurrent est Cpasbien, lui aussi très demandé par les internautes, et aussi soumis à certains blocages et difficultés d’accès.

Quel est le meilleur antivirus 2018 ? Comparatif !

comparatif meilleur antivirus

Pour cette année 2018, les solutions antivirus gratuites et payantes sont très nombreuses. Certaines sortent du lot par leurs performances. Voici les meilleurs antivirus gratuits et payants 2018.

meilleur antivirus

D’après le comparatif AV-TEST et celui de AV-Comparatives, voici les solutions antivirus qui tiennent le haut du pavé cette année ! Dans la catégorie des antivirus gratuits, on retiendra Avast GRATUIT, Avira Free, Panda Security et le récent Kaspersky Free. Même s’ils n’embarquent pas des services avancés réservés au solutions premium payantes (firewall, contrôle parental, coffre fort numérique, etc), ils font tout à fait le job en ce qui concerne la protection contre les malwares. Si vous n’avez pas de budget à consacrer à la sécurité de votre ordinateur, foncez sur l’un d’entre eux ! Bien entendu, si vous avez Windows 10 sur votre ordinateur, vous n’en aurez pas besoin puisque vous avez déjà Windows Defender en action qui est suffisant.

En ce qui concerne les meilleurs antivirus payants, la guerre est acharnée comme tous les ans. Le top 3 des vainqueurs est le suivant : Bitdefender, Kaspersky et Norton. Chacun proposant de nombreuses offres s’adaptant à tous les budgets et usages, cela permet de minimiser le coût. Les fonctions sont toutes présentes et permettent de protéger plusieurs machines / appareils avec une seule licence. Pratique !

Les performances sont au rendez-vous, avec des taux de détection de 100 % selon les tests réalisé par le laboratoire indépendant. Ces 3 logiciels antivirus haut de gamme utilisent des technologies de détection comportementales afin d’éradiquer les menaces dites “zero-day”, celles qui ne sont pas encore répertoriées dans les bases de signatures antivirus.

Réseaux sociaux, paiement en ligne isolé et sécurisé, menaces via USB, phishing, firewall, destructeur de fichiers, mise à jours automatique des logiciels de l’ordinateur, mode jeux, bloqueur de publicité, coffre fort numérique, mode secours, gestionnaire de mot de passe, anti password stealer, contrôle parental, protection contre les ransomwares, etc… absolument tout est inclut dans Bitdefender Total Security 2018 pour une protection maximale !

Vous pensez ne pas avoir besoin d’antivirus ? Et bien c’est que vous n’êtes pas du tout au courant des dernières techniques d’infection utilisées par les cybercriminels : le drive-by download peut infecter votre ordinateur juste en visitant un site Internet lambda, sans aucun élément pour vous alerter. Idem pour les crypto-malwares…

De même, ne vous fiez pas à “la vieille légende” disant que les Mac ne sont pas vulnérables aux malwares… car c’est totalement faux et vous pouvez tout à fait être infecté par des rançongiciels qui condamneront toutes vos précieuses données stockées sur le disques dur.

Chine – Comment les entreprises travaillent malgré la censure du Net

Années après années, la censure du Web n’a fait que se renforcer en Chine, jusqu’à devenir très oppressante en 2018 avec l’adoption d’une nouvelle loi anti-VPN. Comment les entreprises s’en sortent-elles ?

La vérité est qu’il s’agit actuellement d’un véritable casse-tête pour les entreprises étrangères opérant depuis la Chine ! Dans chaque grandes villes, beaucoup de professionnels se sont rassemblés pour s’interroger sur les conséquences des énormes ralentissements de connexion et blocages à répétition d’Internet, que ce soit à Pékin, Shenzhen ou encore Shanghai.

L’inquiétude monte d’un cran lorsque les attaques contre les VPN (virtual private networks, « réseaux privés virtuels »), ces logiciels permettant de contourner la censure du Web en Chine se multiplient, et qu’un texte de loi agressif ordonne leur interdiction totale, sauf services agréés par l’Etat mais eux aussi contrôlés et bridés.

Autant le dire, il est devenu très complexe de travailler au quotidien sur Internet dans de telles conditions, la majorité des sites Web occidentaux étant censurés et bloqués… Google en fait parti, et donc l’ensemble de ses services (depuis 2010), idem pour Microsoft (Dropbox, Outlook, Skype, etc), les réseaux sociaux, les messageries, les sites de médias, etc. La liste est sans fin.

Les PME étrangères sont les premières victimes et tous les secteurs sont concernés, même si l’e-commerce est le plus touché. C’est pour cela que l’usage des VPN malgré les mesures prises récemment reste l’unique solution viable et accessible.

L’interdiction des VPN en Chine est officialisée

Le nouvelle loi anti-VPN a été promulguée et mise en application cette année. En pratique, cela ne change rien pour les internautes et les utilisateurs mais cela impacte directement les fournisseurs.

Depuis le début de l’année 2018, les fameux Virtual Private Network (réseau privé virtuel ou VPN), ces programmes qui permettent d’accéder à des sites Web interdits ont été dans la ligne de mire du gouvernement chinois. Apple a d’ailleurs été remarqué dans le monde entier après sa collaboration avec les autorités chinoises en enlevant de l’Apple Store un grand nombre d’applications VPN très populaires, qui sont des outils efficaces pour contourner les blocages de sites Web.

Simples à utiliser, ils ont été largement adoptés par des millions de particuliers et d’entreprises en Chine afin de pouvoir continuer à communiquer normalement avec l’extérieur.

En Chine, où Internet est largement censuré et surveillé, les applications VPN sont très populaires et bénéficiaient jusqu’alors d’une forme de tolérance. Les VPN sont aussi très utilisés par les entreprises, notamment les multinationales ou les start-up établies en Chine, qui en ont besoin pour accéder à des services internationaux, à des serveurs d’entreprise ou à des sites bloqués dans le pays.

Pékin a largement durci, ces dernières années, sa législation de contrôle du Web, surtout récemment à l’occasion d’un important congrès du Parti communiste. Après l’annonce en janvier d’un plan dit de « nettoyage »pour « reconquérir la souveraineté chinoise sur Internet », le gouvernement chinois a demandé, le 11 juillet, aux entreprises de télécommunications de couper tout accès aux VPN avant le 1er février 2018.

Les défenseurs des droits de l’homme ont vivement critiqué ces interdictions. Le lanceur d’alerte Edward Snowden, qui avait révélé l’existence du système de surveillance secret d’Internet de l’agence américaine NSA, a dénoncé des mesures contre-productives :

« Interdire des outils de protection basiques rend la Russie à la fois moins libre et moins sûre. C’est une décision tragique », écrit-il sur Twitter, affirmant qu’« en Chine, en Russie ou ailleurs, il faut être clair : ces politiques ne sont pas une “régulation”, mais une violation des droits de l’homme ».

Les éditeurs de VPN ont, eux aussi, vivement critiqué ces deux interdictions, et encore plus le retrait de leurs applications de l’App store d’Apple en Chine. Une partie des critiques vise directement Apple, accusée d’avoir cédé à la pression et choisi de faire une entorse aux droits de l’homme pour préserver ses activités en Chine, deuxième plus grand marché du constructeur américain.

Aujourd’hui, la situation s’est calmée et les fournisseurs VPN basé à l’étranger ont globalement réussi à s’extraire de cette difficulté, notamment en créant des sites miroirs à destination des internautes chinois ainsi qu’en créant des nouveaux protocoles visant à camoufler l’usage d’un VPN.